Vassil sculpteur animalier

precedent

Oeuvres Expositions Artiste suivant

Home
Work
Exhibitions
Artist

facebook

 deux guépards en chasse
Pièces anciennes
previous work


drouot cotation
cotation drouot

Classification des bronzes animaliers par tailles: Chaque sculpture est une sculpture originale, numérotée sur 8 exemplaires + 4 épreuves d'artiste.
Les patines des bronzes sont toutes différentes et peuvent être choisies. Celles que vous découvrez sur ce site ne sont que des exemples
Classification of animals bronzes by sizes: Each sculpture is an original sculpture, numbered on 8 copies + 4 artist tests.
Bronze patinas are all different and can be selected. Those that you see on this site are examples

cliquez sur les vignettes
envol d'impala
bronzes inférieurs à 50cm
guépard en approche
bronzes de 50 à 80cm
panique de gazelle
bronzes de plus de 80cm
A la demande de nombreux amateurs et afin d'éviter des déceptions, voici un état des disponibilités à partir des 4 derniers exemplaires restants.
At the request of numerous amateurs and to avoid disappointment here is a state of availability from the 4 exemplary last.

disponibilité
Availability

 témoignages d'amateurs sur l'ensemble de l'oeuvre de Vassil:

            Je suis une habituée du Salon National des Artistes Animaliers depuis 1991. L'émotion et le saisissement qui s'en est suivi à la vue de l'ensemble des oeuvres de Vassil lorsque je suis entrée lors du salon 2004 dans la première salle d'exposition sont toujours présents en moi et en écrivant ces quelques lignes j'ai l'immense plaisir de les revivre pleinement.
             Ce sont les portraits qui m'ont tout d'abord attirée, ceux des guépards (l'étonné et le craintif) et celui de la vieille lionne Bianga. Cette représentation de l'affect de l'animal par les seuls traits de sa tête m'a paru très nouvelle, très intéressante et, dans sa réalisation, très réussie (Tourguenief, dans Souvenirs d'un chasseur, relève : " car les chiens ont la faculté de sourire et même avec beaucoup de grâce " et j'ai personnellement pu constater à plusieurs reprises de telles expressions).
             L'animal, c'est aussi le mouvement. L'instant de la course de la lionne, du guépard, de l'impala est saisie et figé dans la matière tout en demeurant terriblement vivant.
            Je remercie aussi Vassil de conserver à l'animal sa véracité anatomique.
            Enfin, Vassil m'a donné l'envie d'acquérir des bronzes et depuis cette envie ne m'a jamais quittée.
            Ma première acquisition a été Bianga et beaucoup d'autres ont suivi. Je continue à les regarder avec autant de plaisir et d'étonnement.

Dominique DELON

      Je suis une grande amoureuse des animaux (de tous, sans exception) mais en particulier des félins pour qui j'ai une attirance plus marquée. C'est en vaquant sur le net à la recherche de photos, peintures, sculptures représentant mes animaux favoris que je suis tombée sur le site de Vassil. Et là ! J'en ai pris plein les yeux et plein le coeur.

      Quand on aime les animaux sauvages, on ne va pas les voir dans des réserves ou dans des zoos (pour moi, l'horreur !).
Vassil leur rend leur liberté et les saisit dans leur environnement et leurs gestes familiers. L'émotion que je ressens devant une oeuvre de Vassil est la même que si j'avais la chance (pour moi le rêve)) d'avoir la confiance d'un animal sauvage pour le regarder vivre sa vie sans qu'il en soit perturbé.

       Et ce qui me touche particulièrement, c'est que la sculpture n'est pas parfaite, comme ne l'est pas la nature ou l'animal lui-même.
     Je sais, çà peut paraître paradoxal où même insultant pour l'artiste,( ou bien c'est moi qui ne sait pas mettre les mots adéquats sur mes ressentis) mais tout le charme des oeuvres de Vassil, à mes yeux, réside dans cette imperfection parfaitement maîtrisée.

Kinou DEROZE

             Que dire de l'oeuvre de Vassil?
         Je me contenterais de quelques observations générales dans la mesure où je ne trouve pas utile de rédiger des propos que d'autres amateurs ont su ressortir de manière convaincante et que je partage dans une large mesure.

        Incontestablement jean Vassil fait partie des grands sculpteurs animaliers contemporains. En effet il ne touche pas simplement un public d'initiés ou de spécialistes mais des personnes d'origines fort diverses tant sur le plan social que culturel. Par ailleurs c'est un artiste qui est capable de sculpter toutes sortes d'animaux : ainsi même lorsque pour certaines commandes particulières il m'a indiqué n'être pas particulièrement inspiré ou motivé, il réussissait quand même à produire des oeuvres de très grande qualité.

        Vassil satisfait pleinement à mon sens à ce qu'on peut attendre d'un artiste et qui, malheureusement aujourd'hui se fait de plus en plus rare chez les artistes contemporains : rester fidèle à son inspiration créatrice en maintenant un degré d'exigence constant tout en s'efforçant de plaire à un très vaste public.

        Paul Valéry disait déjà en son temps que l'art moderne se contente de peu.
        De fait, loin des excentricités actuelles de certains artistes contemporains qui n'intéressent qu'un public fort limité, l'oeuvre de jean Vassil parle à chacun de nous , à différents niveaux et de différentes manières. C'est sans doute ce qui fait la marque d'un véritable artiste.

Régis CAVAILLE

      Comment qualifier l'oeuvre de Vassil me demandez vous? Autant répondre à la célèbre question de Jacques Chancel "Et Dieu dans tout ça?"

    A une telle question Vassil ne s'exprimerait pas par des mots mais par une sculpture qui cristallise son âme : sincérité, simplicité, élégance, humanité, générosité. L'oeuvre de Vassil nous ramène à la Nature, à Nous, à la Vie et tout devient une évidence. Certains cherchent à transformer le plomb en or; Vassil réussit à donner avec une grande poésie la vie à la matière car il sculpte avant tout et surtout avec son coeur.

Dominique-Charles LE GOFF

      Il était 19H 15 en ce vendredi 17 octobre 2008...

     Or le patron très ponctuel et fort méticuleux du WADA - mon restaurant japonais préféré de la rue de l'Arc de Triomphe où je vais dîner chaque fois que je passe à Paris - n'ouvre qu'à 19h30.
Aussi, pour tuer le temps et la faim, je remontais cette rue de quelques 30 mètres.

     Et là, ce fut l'EBLOUISSEMENT devant le somptueux bestiaire en bronze s'offrant dans la galerie de Jean VASSIL.
Que d'EMOTIONS et d'ADMIRATION devant l'ART à concevoir et le TALENT à réaliser ces oeuvres animalières aux expressions si manifestes de sentiments humains !.

     En un instant ce fut comme un tsunami de souvenirs de gamin et d'adolescent.

Pêle mêle les images des animaux de la ferme maternelle, d'Europe et d'Afrique en particulier, notamment les plus gros d'entre eux, lions, guépards, buffles, éléphants...les livres d'Edgar Rice Burrough, les films ou les bandes dessinées sur les légendaires et mythiques figures de la jungle et de la savane qui avaient bercé mon enfance et nourri une imagination et une sensibilité d'enfant et de jeune homme....

     Découvrir la galerie de Jean VASSIL fut un choc, un bonheur, un jaillissement mémoriel.... qui a exhumé de l'homme de bientôt 59 ans que j'étais alors ces souvenirs - fantômes de l'enfance que ma vie d'adulte avait jusque là progressivement enfouis..

    Ce soir là, mon dîner au WADA - que je conçois toujours comme un moment de Paix extérieure et intérieure dans une vie généralement fort agitée - s'est transformé en un repas expédié.

     Je n'étais plus alors habité que par un souci : l'heure de fermeture de la galerie J. VASSIL, et une urgence irrépressible : revoir ces sculptures, comme le condamné avidement, fume sa dernière cigarette ...

     S'ensuivirent naturellement et dans la simplicité des échanges par mail, par téléphone, et des discussions plus ou moins longues avec M. VASSIL, de confidences en confidences, une confiance, la découverte de points de vie communs et d'accointances personnelles, bien au-delà du fait que nous sommes tous deux nés en 1949.[...]

Francis LAGOUTTE

     Loin des sempiternels motifs des artistes animaliers, chiens, chats, chevaux et autres animaux de compagnie et de leurs créations figées, Vassil nous fait revivre les animaux de la jungle, de la forêt. Des représentations qui semblaient irréalisables jusqu'à présent.

   Il nous donne l'impression d'un film avec arrêt sur image et ses grands fauves nous entraînent dans la vie sauvage de leurs grands espaces.
    Aux grosses pièces, un peu lourdes et démodées qui étaient posées sur les cheminées de nos grand-mères se substituent aujourd'hui des oeuvres émouvantes et pleine de vie. Les scènes sont souvent familiales ou l'on découvre la sociabilité, la fratrie et les parents qui semble vivre leur propre destin dans la savane.
    La lionne est allongée mais surveille son lionceau qui la regarde d'un air timide et rassuré. Le frère, lui se promène d'un air fier à côté de son père, il ne craint rien et fait son fanfaron. Le père, majestueux et menaçant veille sur sa famille prêt à intervenir, à la protéger et attaquer tout ceux qui voudraient leur faire du mal.
    Oui, l'oeuvre de Vassil est originale et très avancée car elle garde ce côté traditionnel du bronze tout en apportant cette note de modernité associée à la patine des ses oeuvres.

Paris, le 19 septembre 2011

Nadine et Etienne RAULT

P.S. ce texte s'inspire principalement des oeuvres de Vassil : " Lion agressif " et " Etude pour tendresse " ainsi qu'un lionceau debout sur pattes de la taille de celui accompagnant la 2ème oeuvre citée



plan du site liens presse
sitemap contact links press